Emploi

Survivrez-vous au piège fatal du recruteur ?

Vous êtes ultra chaud !

Normal, vous avez tout préparé pour l’entretien.

Enfin c’est ce que vous avez cru jusqu’au moment où tout à dérapé.

« Parlez-moi de vous ? » « Les qualités qui vous définissent ? », « Pourquoi notre entreprise ? », etc.

Tout ça ok, ce sont les questions classiques.

D’ailleurs, bravo de les avoir préparées parce qu’elles peuvent être piège pour plein de raisons !

Vos défauts, comment répondre efficacement en entretien

.

Mais vous l’avez compris, c’est la question d’après que vous n’avez pas vu venir

La vraie question piège…

La question déstabilisante…

Vous n’aviez même pas imaginé vous retrouver dans cette situation alors ça vous a tétanisé.

Quelle serait la pire situation ?

Imaginez ça : vous commencez à bouger sur votre chaise, votre visage se décompose, vous bafouillez, vous perdez votre calme et montrez de l’agacement ou du stress.

Entre nous.

Le recruteur ou manager aime ce moment. Pourquoi ?

Parce que c’est là qu’il voit comment vous allez réagir hors de votre zone de confort et de votre discours préparé.

Sur le CV vous avez peut-être une excellente formation et de l’expérience mais si votre comportement, les soft skills attendues ne ressortent pas lors de l’entretien, alors c’est fini pour vous, ciao bye bye.

Chaque recruteur ou manager aura sa petite botte secrète pour vous tendre un piège.

Ce qui lui importe ?

Découvrir votre vrai visage, vérifier vos savoir-être, mesurer votre intelligence émotionnelle.

Avec des questions « pièges » il va pouvoir vous différencier des autres candidats rencontrés, vous sortir du discours rodé et ainsi identifier votre manière de répondre sous la pression.

.

.

Comme il y a tout type de recruteur, il y a tout types de pièges.

Que pensez-vous de les regarder de plus près ?

PS : je me suis vraiment amusé à trouver des exemples

.

Piège n°1 : Crochet direct

Ce sont les questions qui atteignent ta manière de te comporter, ton attitude.

L’objectif est de tester ta résistance aux chocs 

  • Pourquoi vous ne répondez jamais directement aux questions ?
  • Êtes-vous susceptible ? Ou alors vous êtes mal à l’aise ?
  • Vous posez beaucoup de questions sur les conditions de travail… Les missions ne vous intéressent pas ?

.

Piège n°2 : Ultra technique

Ce sont des questions très pointues et spécifiques, qui peuvent avoir ou non un lien avec le poste.

L’objectif sera de voir votre manière de répondre, par exemple si vous allez baratiner ou avouer ne pas savoir.

  • Quel est le taux d’inflation actuel en France ? (on me l’a déjà posée…)
  • Combien y a-t-il de fenêtres à Paris ?
  • Que pouvez-vous me dire sur la réforme de la formation professionnelle ?

.

Piège n°3 : Mise en situation

Le recruteur imagine une situation réelle/concrète et demande comment tu te comporterais.

L’objectif est d’aller analyser tes savoir-être (soft skills) à travers une réaction à chaud et une prise de recul.

  • Vous vous retrouvez face à un client mécontent qui souhaite un remboursement, que feriez-vous ?
  • Le projet prend du retard, que faites-vous ?
  • Votre manager vous confie une mission qui ne vous enchante vraiment pas, comment réagiriez-vous ?

.

Piège n°4 : Vie privée #friendzone

Le recruteur souhaite voir si vous allez prendre vos aises, vous refermer ou vous sentir obligé de répondre.

L’objectif est de voir votre niveau de maturité, si vous trouverez le juste milieu et resterez agréable.

  • Êtes-vous marié ?
  • Vous habitez loin de lieu de travail, pensez-vous déménager rapidement ?
  • Pensez-vous avoir des enfants prochainement ?

.

.

Comment répondre efficacement aux questions piège ?

Maintenant que tu sais que le recruteur pourra mettre sur ton chemin quelques petits pièges, voyons comment s’en sortir.

Commençons par établir les règles de base.

Le recruteur ou manager ne va pas forcement attendre la réponse parfaite.

Et d’ailleurs vous n’allez pas préparer des réponses à ces éventuelles questions tellement il existe une infinité de possibilités aussi farfelues les unes que les autres.

Ce qui intéresse c’est votre réaction.

Et c’est là que tu peux te préparer et anticiper 

Ton arme ? Ne pas se laisser bousculer.

Derrière chaque question il y a simplement la volonté de mieux vous connaître.

L’idée serait donc de mieux comprendre ce que le recruteur attend avec ces questions déstabilisantes.

Retenez bien ça.

Plus le recruteur pose des pièges et cherche à vous déstabiliser, plus y a de chances pour que votre profil l’intéresse

Par exemple si il sait que vous allez faire l’affaire il va vouloir vous tester de d’autres manières.

Il ne vous ferait pas venir pour perdre son temps si votre profil n’avait aucun intérêt.

.

.

Bon voici quelques conseils pour votre prochain entretien.

Vous ne perdrez plus le contrôle face à un recruteur déstabilisant.

.

1/ Rappelez-vous que le recruteur vous test dans un objectif professionnel.

Alors ok il peut volontairement se montrer de mauvaise humeur voire ne pas vous regarder.

Mais dites-vous que ce n’est en rien contre vous et prenez cela comme un challenge à relever.

Répondez toujours par un sourire et une attitude positive.

Ne laissez pas la conversation tourner autour de vous et de petits détails. Recentrez les discussions sur le job pour lequel vous postulez et votre valeur ajoutée.

Vous devez vous placer en apporteur de solution :

.

2/ Trouvez la posture idéale, entre passivité et agressivité

Restez imperturbable, sûr de vous et agissez en toute humilité.

C’est le moment de montrer votre détermination.

Allez voir mon article sur la posture assertive pour en savoir plus et ne plus devenir hérisson, ni paillasson 

.

3/ Gardez sous le coude des situations que vous pourrez ressortir au moment venu

La première chose est d’avoir en magasin un exemple que vous saurez présenter et argumenter en votre faveur d’un échec ou d’une difficulté rencontrée.

C’est également avoir un exemple d’une situation stressante vécue (moment de remise en question, de bug technique, de nécessité d’adaptation rapide).

Ensuite vous aurez des exemples de réussites ou de moments marquants de votre expérience.

Pour finir vous devez garder en mémoire que vous avez le droit de dire « je ne sais pas ».

.

Bien sûr la majorité du temps les entretiens se passent de manières tout à fait normale.

Vous avez des choses à apporter à l’entreprise sinon vous ne seriez pas là. Soyez fier de qui vous êtes.

Les pièges n’ont plus de secret pour vous ?

Mission accomplie Whoops! It looks like you forgot to specify your html tag.

Bravo, vous êtes désormais un démineur de piège en entretien d’embauche professionnel !

.

2 thoughts on “Survivrez-vous au piège fatal du recruteur ?

  1. C’est très clair et pratique, après je pense que la majorité des recruteurs ne sont pas assez bons pour poser ce style de question intelligemment. Les managers ont plus de recul avec leur vision business et opérationnelle.

    1. Je te remercie pour ton retour Yannick, je ne peux contredire cet avis mais retenons que les recruteurs sont de mieux en mieux formés et informés pour bien préparer leurs entretiens. Embaucher les pépites de demain est un enjeu crucial pour l’entreprise et ça passe par la sélection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *