Emploi

Comment faire de votre vingtaine un tremplin ? Résumé 1/2

Meg Jay a un message fort pour les jeunes dans la vingtaine :

Contrairement à ce qu’on croit généralement, la vingtaine n’est pas une période de notre vie à négliger.

Psychologue clinicienne, elle conseille les jeunes dans la vingtaine sur la manière d’entrer dans l’âge adulte pendant “la décennie décisive de leur vie”.

Ce sont les faits. Nous savons que 80 pour cent des moments les plus décisifs d’une vie ont lieu avant 35 ans.

On peut parfois se dire que les choses importantes comme trouver le bon travail ou la bonne relation peuvent attendre quelques années.

Et pour quelle raison ?

Parce que nous sommes encore jeunes 

C’est pourtant une erreur !

Il faut au contraire se ressaisir et reprendre sa vie en main, c’est maintenant que ça se joue. 

Un jeune adulte devrait définir son identité, réfléchir à qui il veut être parce que après … c’est trop tard.

Son livre a l’avantage d’être rapidement applicable à votre vie et à votre recherche d’emploi, à la manière dont vous allez vous y prendre pour trouver votre voie.

 

 


Le livre que je vous résume ?

La décennie décisive : pourquoi votre vingtaine compte et comment en retirer le maximum.

(Il n’est aujourd’hui pas traduit en français)

C’est presque intimidant tellement ce livre perce la psychologie des jeunes. Meg Jay appui chaque chapitre avec des cas réels de séances sur 10 années.

C’est incroyablement pertinent et ça retranscrit ce que pensent et vivent les jeunes.

Comme une thérapie qui donne de l’espoir et aide à bien vivre les difficultés et questionnements de la vingtaine.

Je vous avais promis ce résumé dans l’article sur les 4 TED talk à ne pas rater pour les jeunes, alors TA-DA 


 

Capital identitaire

 

 

Votre capital identitaire est votre collection d’atouts.

C’est votre répertoire individuel assemblé avec le temps.

Ce sont les investissements faits sur vous-même, les choses que vous faites assez bien ou assez longtemps pour devenir une partie de vous.

Ce capital va dans votre CV, comme un diplôme, un travail, une passion, …

Une autre partie du capital identitaire est plus personnel comme votre manière de parler, vos origines, votre posture, votre façon de gérer les émotions, …

Donc le capital se construit dans le temps morceau par morceau.

C’est ce que vous avez à vendre.

C’est comme votre monnaie sur sur le marché du travail et des relations 

Mais voici le hic.

Les jeunes sont plus intéressés pour sortir et s’amuser.

Ce qui en soit est important pour construire son capital mais Meg Jay dit attention.

Attention à ne pas s’enfermer dans la confusion, le désengagement.

Les jeunes qui prennent le temps de s’amuser et qui ont le courage de s’engager à créer du capital identitaire se construisent une meilleure vie.

Un capital bien construit, entre engagements et amusements emmène à :

  • une meilleure estime de soi
  • être plus persévérant
  • être réaliste et équilibré
  • mieux gérer ses émotions
  • être authentique

A un moment ou un autre la plupart des jeunes se sont retrouvés en situation de sous emploi par rapport à leur qualification.

 

 

Des jobs temporaires et petits jobs de subsistance, la phase Starbucks.

Alors oui, ces jobs peuvent être des étapes utiles et indispensables.

Ils payent les dépenses pendant les études par exemple.

Puis ils peuvent mener à de plus grandes opportunités (ne serait-ce que par les leçons qu’on en a tiré).

Mais là encore Meg Jay dit attention.

Ces petits jobs ou jobs en dessous de nos qualifications peuvent être une manière de fuir la réalité.

C’est le choix de la facilité que les employeurs remarquent.

Les recherches de Meg Jay sur l’emploi montrent que ces petits jobs mènent à plus de dépression que ceux qui ont un véritable emploi.

Les jeunes qui croient pouvoir attendre d’avoir 30 ans avant de se préoccuper du vrai travail sont mis sur la touche.

Ils ont voulu profiter et s’amuser, avoir du temps libre.

La tentation est grande mais fatale 

C’est une erreur qui laisse un fossé trop grand pour être rattrapé.

Il ne faut pas payer le prix d’un mauvais choix de jobs quand on est jeune.

So what ?

Choisissez un travail qui peut apporter un morceau à votre capital identitaire.

Un morceau qui servira sur le marché.

Un morceau qui vous apporte des relations, de l’évolution.

Et pas forcément celui qui apporte le plus d’argent sur le court terme.

 

 

Les liens faibles

 

 

Votre tribu, ceux avec qui vous passez le plus de temps, sont surévalués !

Votre tribu vous fait passer de bons moments, vous soutient, joue un rôle important dans votre vie mais ça n’aide pas à réussir.

Par qui les gens trouvent vraiment du travail ?

Voici les chiffres :

  • 16 % par les gens qu’on voit 2 fois par semaine
  • 55 % par les gens qu’on voit plusieurs par an
  • 27 % par les gens qu’on voit 1 fois par an ou moins

Incroyable !

En effet, voici le problème.

Vos amis directs sont dans le même cercle et le même univers que vous.

Les autres ont des opportunités et informations que vous ne verrez donc pas.

C’est ceux qu’on connait le moins qui font la différence : vos anciens profs, vos anciens collègues ou ancien camarades, vos voisins, vos amis que vous n’avez plus vus depuis un moment.

Nos amis trop proches nous ressemblent trop et c’est pour ça qu’ils n’ont pas toujours plus d’informations ou d’opportunités que nous.

C’est le même cercle. Ils connaissent ce qu’on connaît.

Notre tribu peut même être une faiblesse et nous retenir en arrière. Avec eux on se sent trop à l’aise et on parle toujours le même vocabulaire donc on ne progresse pas.

Alors vous allez devoir aller fouiller dans les autres cercles 

Comptez que votre ami = 1 degré / l’ami de votre ami = 2 degré / Etc.

Alors on a tous un lien à 6 degrés avec tout le monde !

Mais ce n’est pas ça qui compte dans le réalité.

Le lien utile (et pas trop dur à atteindre) s’arrête véritablement à 3 degrés.

Parce que dans la carrière et recherche d’emploi, les liens amis d’amis sont souvent plus importants que ceux avec nos amis proches.

Vos liens faibles sont les ponts que vous ne voyez pas et qui peuvent emmener à un endroit génial.

 

 

Vous vous dites :

  • j’aime pas dépendre des autres
  • je veux trouver un travail par moi-même
  • c’est pas mon style

Et je comprends mais ça ne change pas la réalité, les faits.

Voici ce que dit un jeune qui écrit à Meg Jay :

“Je déteste appeler quelqu’un que je ne connais pas, je déteste. Mais un jour, une soirée de vacance, mon père m’a présenté une personne qui avait travaillé dans l’entreprise dans laquelle je travaille désormais. Mon père avait dit à cette personne que j’étais intéressé par l’industrie textile. J’ai finalement appelé cette personne juste pour demander des informations, et de fil en aiguille il a fait passer mon CV. C’est comme ça que j’ai passé un entretien.”

Vos liens faibles vous aideront pour une simple raison : ils tendent la main aux jeunes parce qu’ils ont vécu la même galère.

Les gens veulent aider (étude de Mark Granovetter sur les liens faibles).

Ils seront contents d’aider, sauf si vous leur faites perdre leur temps et devenez un fardeau.

Par contre leur rôle n’est pas de vous dire quoi faire.

Alors avant de joindre ces liens faibles :

Soyez cohérent avec votre objectif

Présentez vous comme quelqu’un de sérieux

Préparez vos questions et demandez des choses précises

Préparez vous à vous présenter (nous reparlerons de votre elevator speech)

La route la plus courte est donc de passer un appel, écrire un mail, oser contacter les gens.

Les liens faibles sont donc ceux qui peuvent changer votre vie.

Si vous osez.

Commencez par faire une map (un dessin) de vos potentiels liens faibles.

 

Dites nous en commentaire comment un lien faible à déjà pu améliorer votre vie 

 

Comme d’habitude je vous souhaite une chose, ou plutôt deux : Agir et Grandir.

L’endroit d’où vous venez n’a aucune importance. Tout ce qui importe est où vous allez – Brian Tracy

Je vous remercie pour votre soutien. Partagez-moi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *